Formula Scan - Patent Text View
Order the full version of this patent including diagrams, formulas, structures,and a full set of references

(12) DEMANDE INTERNATIONALE PUBLIéE EN VERTU DU TRAITé DE COOPéRATION
EN MATIèRE DE BREVETS (PCT) 

(43)

Date de la publication internationale

07 septembre 2007 (07.09.2007)

PCT

(10)

Numéro de publication internationale

WO 2007/099272 A2


(51)

Classification internationale des brevets< :

 

<TEXT< TD>

 

(21)

Numéro de la demande internationale:

 

PCT/FR2007/050876

 

(22)

Date de dépôt international:

 

02 mars 2007 (02.03.2007)

 

(25)

Langue de dépôt:

français

 

(26)

Langue de publication:

français

 

(30)

Données relatives à la priorité

 

 

0601944

03 mars 2006
(03.03.2006)

FR

 

 

60/789,584

06 avril 2006
(06.04.2006)

US

 

(71)

Déposant (pour tous les états désignés sauf US): L'OREAL [FR/FR]; 14, rue Royale, F-75008 Paris (FR).

 

(72)
(75)

Inventeurs; et
Inventeurs/Déposants
(pour US seulement): LAURENT, Ludivine [FR/FR]; 8, avenue du Parc, F-92400 Courbevoie (FR). BEBOT, Cécile [FR/FR]; 14, rue de l'Abreuvoir, F-92110 Clichy (FR).

 

(74)

Mandataire : BULLE, Françoise; Bureau D.A. Casalonga-Josse, 8, avenue Percier, F-75008 Paris (FR).

 

(81)

états désignés (national): AE, AG, AL, AM, AT, AU, AZ, BA, BB, BG, BR, BW, BY, BZ, CA, CH, CN, CO, CR, CU, CZ, DE, DK, DM, DZ, EC, EE, EG, ES, FI, GB, GD, GE, GH, GM, GT, HN, HR, HU, ID, IL, IN, IS, JP, KE, KG, KM, KN, KP, KR, KZ, LA, LC, LK, LR, LS, LT, LU, LY, MA, MD, MG, MK, MN, MW, MX, MY, MZ, NA, NG, NI, NO, NZ, OM, PG, PH, PL, PT, RO, RS, RU, SC, SD, SE, SG, SK, SL, SM, SV, SY, TJ, TM, TN, TR, TT, TZ, UA, UG, US, UZ, VC, VN, ZA, ZM, ZW

 

(84)

états désignés (régional): ARIPO (BW, GH, GM, KE, LS, MW, MZ, NA, SD, SL, SZ, TZ, UG, ZM, ZW), eurasien (AM, AZ, BY, KG, KZ, MD, RU, TJ, TM), AT, BE, BG, CH, CY, CZ, DE, DK, EE, ES, FI, FR, GB, GR, HU, IE, IS, IT, LT, LU, LV, MC, MT, NL, PL, PT, RO, SE, SI, SK, TR, OAPI (BF, BJ, CF, CG, CI, CM, GA, GN, GQ, GW, ML, MR, NE, SN, TD, TG)

 

 

Publiée

--

sans rapport de recherche internationale, sera republiée dès réception de ce rapport


(54)

Title: COSMETIC COMPOSITION COMPRISING A (POLY)ALKYLENE GLYCOL ETHER, AN ACRYLATE OR METHACRYLATE AND ACRYLATE OR METHACRYLATE HYDROXYESTER COPOLYMER, AND A THICKENING POLYMER, AND THE USE THEREOF AS A CAPILLARY PRODUCT

 

(54)

Titre: COMPOSITION COSMETIQUE COMPRENANT UN ETHER DE (POLY)ALKYLENE GLYCOL, UN COPOLYMERE D'ACRYLATE(S) OU DE METHACRYLATE(S) ET D'HYDROXYESTER D'ACRYLATE(S) OU DE METHACRYLATE(S), ET UN POLYMERE EPAISSISSANT, AINSI QUE SON UTILISATION EN TANT QUE PRODUIT CAPILLAIRE

(57) Abstract
 The invention relates to a cosmetic composition comprising, in a cosmetically acceptable medium, at least one alkylene glycol or polyalkylene glycol ether, at least one acrylate or methacrylate and acrylate or methacrylate hydroxyester copolymer, and at least one natural or synthetic thickening polymer, the weight ratio between the quantity of acrylate or methacrylate and acrylate or methacrylate hydroxyester copolymers and the quantity of alkylene glycol or polyalkylene glycol ethers being between 0.1 and 15. Said composition is especially used as a hairstyling product.

(57) Abrégé
 La présente invention a pour objet une composition cosmétique comprenant, dans un milieu cosmétiquement acceptable, au moins un éther d'alkylène glycol ou de polyalkylène glycol, au moins un copolymère d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) et d'hydroxyester d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s), et au moins un polymère épaississant naturel ou synthétique, le rapport pondéral entre la quantité de copolymère(s) d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) et d'hydroxyester d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) d'une part et la quantité d'éther(s) d'alkylène glycol ou de polyalkylène glycol, d'autre part, étant compris entre 0,1 et 15. Cette composition est notamment utilisée comme produit de coiffage.


Composition cosmétique comprenant un éther de (poly)alkylène glycol, un copolymère d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) et d'hydroxyester d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s), et un polymère épaississant, ainsi que son utilisation en tant que produit capillaire.

La présente invention est relative à une composition cosmétique comprenant, dans un milieu cosmétiquement acceptable, au moins un éther de (poly)alkylène glycol, au moins un copolymère d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) et d'hydroxyester d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) et au moins un polymère épaississant naturel ou synthétique.

La présente invention concerne également un procédé de traitement cosmétique des cheveux mettant en œuvre la composition précitée, et une utilisation de cette composition cosmétique en tant que produit capillaire, par exemple en tant que produit de coiffage.

Les produits de coiffage sont habituellement utilisés pour construire, structurer la coiffure et lui apporter une tenue durable. Les compositions correspondantes comprennent généralement un ou plusieurs polymères filmogènes, dans un milieu cosmétiquement acceptable. Ces polymères permettent la formation d'un film gainant sur les cheveux, assurant ainsi le maintien de la coiffure.

Toutefois, les films de polymère fixant ainsi formés présentent l'inconvénient d'être relativement friables, ce qui limite dans le temps la tenue de la coiffure, et engendre la formation sur les cheveux de résidus inesthétiques.

Pour diminuer ces problèmes de friabilité, il est connu d'incorporer dans les produits de coiffage à base de polymères filmogènes un agent plastifiant. Ceci permet effectivement d'améliorer la tenue de la coiffure dans le temps et de limiter la formation de résidus au cours de la journée.

Cependant, malgré l'ajout d'un tel agent plastifiant, la non friabilité des films de polymères est généralement liée à la

concentration en polymère fixant dans le produit de coiffage (ou degré de fixation) : si l'on diminue la concentration en polymère fixant pour diminuer la rigidité de la coiffure, alors le film de polymère devient plus friable et la tenue de la coiffure est moins bonne. II existe donc un besoin pour des compositions capillaires permettant d'obtenir un maintien durable de la coiffure, et ce quel que soit le degré de fixation.

La Demanderesse a maintenant découvert que, de manière surprenante, l'association d'un polymère fixant particulier, du type (méth)acrylate(s) / hydroxyester de (méth)acrylate(s), avec un éther d'alkylène glycol ou de polyalkylène glycol et un polmyère épaississant naturel ou synthétique, en employant un rapport pondéral spécifique entre la quantité de copolymère(s) d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) et d'hydroxyester d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) d'une part et la quantité d'éther(s) d'alkylène glycol ou de polyalkylène glycol, d'autre part, permettait d'obtenir une composition capillaire apportant des propriétés de coiffage améliorées. Notamment, une telle association permet d'obtenir des produits de coiffage procurant une gamme de fixations souples à ultra-fortes, avec un film de polymère extrêmement peu friable, quel que soit le degré de fixation. Il devient ainsi possible de formuler des produits à fixation flexible longue durée.

La présente invention permet en particulier de préparer des produits de coiffage procurant une durabilité de la coiffure nettement améliorée, y compris dans des produits à fixation souple, c'est-à-dire à faible concentration en polymère fixant.

Par ailleurs, et de manière tout à fait inattendue, les compositions selon l'invention se sont avérées procurer une très nette amélioration des propriétés cosmétiques des cheveux après démêlage : les cheveux sont beaucoup plus doux et moins secs qu'après l'application d'un produit de fixation classique.

La présente invention a donc pour objet une composition cosmétique comprenant, dans un milieu cosmétiquement acceptable, au moins un éther d'alkylène glycol ou de polyalkylène glycol, au moins

un copolymère d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) et d'hydroxyester d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s), et au moins un polymère épaississant naturel ou synthétique, le rapport pondéral entre la quantité de copolymère(s) d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) et d'hydroxyester d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) d'une part et la quantité d'éther(s) d'alkylène glycol ou de polyalkylène glycol, d'autre part, étant compris entre 0, 1 et 15.

Un autre objet de l'invention consiste en un procédé de traitement cosmétique des cheveux mettant en œuvre une composition selon l'invention telle que décrite ci-dessous.

L'invention a encore pour objet l'utilisation de la composition selon l'invention pour le traitement cosmétique des cheveux, en particulier pour la mise en forme et/ou le maintien de la coiffure.

D'autres objets, caractéristiques, aspects et avantages de l'invention apparaîtront encore plus clairement à la lecture de la description et de l'exemple qui suivent.

Dans le présent exposé, on désigne par « composé en CY » un composé comprenant Y atomes de carbone ;

Selon l'invention, la composition cosmétique comprend, dans un milieu cosmétiquement acceptable, au moins un éther d'alkylène glycol ou de polyalkylène glycol, au moins un copolymère d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) et d'hydroxyester d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) et au moins un polymère épaississant naturel ou synthétique. Par "milieu cosmétiquement acceptable", on entend un milieu compatible avec les matières kératiniques et en particulier les cheveux.

De préférence, le milieu cosmétiquement acceptable comprend de l'eau et/ou au moins un solvant cosmétiquement acceptable choisi parmi les alcools inférieurs en C1-C4, tels que l'éthanol, l'isopropanol, le tertio-butanol ou le n-butanol ; les polyols tels que le glycol, le glycérol, le propylèneglycol ; les éthers de polyols autres que les éthers de (poly)alkylène glycol; les alcanes en C5-C10 ; les cétones en C3 -4 comme l'acétone et la méthyléthylcétone ; les acétates d'alkyle en

C1-C4 comme l'acétate de méthyle, l'acétate d'éthyle et l'acétate de butyle ; le diméthoxyéthane, le diéthoxyéthane ; et leurs mélanges.

La composition selon l'invention comprend au moins un copolymère d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) et d'hydroxyester d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s), c'est-à-dire un copolymère obtenu par copolymérisation d'au moins deux monomères :

- au moins un premier monomère choisi parmi l'acide acrylique, l'acide méthacrylique, les acrylates et méthacrylates d'alkyle en C l à C4, et - au moins un second monomère choisi parmi les acrylates et méthacrylates d'hydroxyalkyle en C l à C4.

De préférence, ledit copolymère est obtenu par copolymérisation d'au moins trois monomères :

- au moins un premier monomère choisi parmi l'acide acrylique et l'acide méthacrylique,

- au moins un deuxième monomère choisi parmi les acrylates et méthacrylates d'alkyle en Cl à C4, et

- au moins un troisième monomère choisi parmi les acrylates et méthacrylates d'hydroxyalkyle en C l à C4. De préférence, ledit deuxième monomère comprend au moins un acrylate ou méthacrylate d'alkyle en Cl ou C2. En d'autres termes, ledit deuxième monomère peut alors être l'acrylate de méthyle, l'acrylate d'éthyle, le méthacrylate de méthyle, le méthacrylate d'éthyle, et les mélanges de ces composés. De préférence, ledit troisième monomère est choisi parmi l'acrylate d'hydroxyéthyle, le méthacrylate d'hydroxyéthyle, et les mélanges de ces composés.

Selon un mode de réalisation préféré, la composition selon l'invention comprend un mélange d'au moins deux copolymères d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) et d'hydroxyester d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) tels que décrits ci-avant.

Il peut s'agir d'un mélange d'au moins deux copolymères à au moins deux monomères tels que décrits ci-avant, d'un mélange d'au moins deux copolymères à au moins trois monomères tels que décrits

ci-avant, ou d'un mélange d'au moins un copolymère à au moins deux monomère et d'au moins un copolymère à au moins trois monomères tels que décrits ci-avant.

Dans une première variante de ce mode de réalisation préféré, la composition selon l'invention comprend un mélange de deux copolymères d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) et d'hydroxyester d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s), chacun des copolymères étant obtenu par copolymérisation d'au moins trois monomères tels que décrits ci-avant, à savoir : - au moins un premier monomère choisi parmi l'acide acrylique et l'acide méthacrylique,

- au moins un deuxième monomère choisi parmi les acrylates et méthacrylates d'alkyle en Cl à C4, et

- au moins un troisième monomère choisi parmi les acrylates et méthacrylates d'hydroxyalkyle en C l à C4.

Dans une deuxième variante de ce mode de réalisation préféré, la composition selon l'invention comprend un mélange de deux copolymères d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) et d'hydroxyester d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s), comprenant un premier copolymère obtenu par copolymérisation d'au moins trois monomères tels que décrits ci-avant: au moins un premier monomère choisi parmi l'acide acrylique et l'acide méthacrylique,

- au moins un deuxième monomère choisi parmi les acrylates et méthacrylates d'alkyle en Cl à C4, et

- au moins un troisième monomère choisi parmi les acrylates et méthacrylates d'hydroxyalkyle en Cl à C4 ; et un second copolymère obtenu par copolymérisation d'au moins deux monomères : - au moins un premier monomère choisi parmi les acrylates et méthacrylates d'alkyle en Cl à C4, et au moins un second monomère choisi parmi les acrylates et méthacrylates d'hydroxyalkyle en Cl à C4 ;

ledit second copolymère ne contenant pas de monomères constitués d'acides carboxyliques insaturés.

Lorsque la composition selon l'invention comprend un mélange d'au moins deux copolymères d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) et d'hydroxyester d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s), les deux copolymères de ce mélange possèdent de préférence des températures de transition vitreuses différentes.

La température de transition vitreuse (Tg) est mesurée par analyse enthalpique différentielle (ou DSC, Differential Scanning Calorimetry) selon la norme ASTM D3418-97.

Un des deux copolymères a de préférence une Tg allant de 35°c à 250°C, plus préférentiellement de 40°C à 150°C et encore plus préférentiellement de 75°C à 100°C. Le second copolymère a de préférence une Tg allant de -20°C à 35°C, plus préférentiellement de 0°C à 35°C et encore plus préférentiellement de 15°C à 30°C.

L'écart de Tg entre les deux copolymères est de préférence supérieur ou égal à 10°C, plus préférentiellement supérieur ou égal à 20°C et encore plus préférentiellement supérieur ou égal à 30°C.

Le(les) copolymère(s) d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) et d'hydroxyester d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) utilisable(s) dans les compositions selon l'invention peut(peuvent) être un (des) copolymère(s) de type bloc, statistique ou alterné. De préférence, c'est un copolymère statistique.

Avantageusement, le copolymère d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) et d'hydroxyester d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) est un copolymère anionique.

Plus avantageusement, il comporte des séquences dures et des séquences molles, c'est-à-dire des séquences avec deux températures de transitions vitreuses (Tg) propres, l'une des Tg étant comprise entre 15 et 35°C, de préférence entre 20 et 30°C, l'autre Tg étant comprise entre 90 et 1 10°C, de préférence entre 95 et 105°C.

Avantageusement, la séquence dure comprend au moins un monomère choisi parmi le méthacrylate de méthyle, l'acrylate de butyle, le méthacrylate d'hydroxyéthyle , l'acide méthacrylique, et

plus avantageusement, la séquence dure comprend tous ces monomères.

Avantageusement, la séquence molle comprend au moins un monomère choisi parmi l'acrylate d'éthyle, l'acrylate de butyle, le méthacrylate d'hydroxyéthyle, l'acide méthacrylique et plus avantageusement, la séquence molle comprend tous ces monomères.

De préférence, le poids moléculaire de ce copolymère est compris entre 10 000 g/mol et 200 000 g/mol. Encore plus préférentiellement il est compris entre 20 000 g/mol et 100 000 g/mol. Les copolymères d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) et d'hydroxyester d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) peuvent se présenter sous des formes très diverses, par exemple sous forme de solutions ou d'émulsions dans l'eau ou dans tout autre solvant.

Ils peuvent être synthétisés par toute méthode connue de préparation d'un copolymère à partir de ses différents monomères.

A titre d'exemple de copolymères et mélanges de copolymères utilisables dans les compositions selon l'invention, citons entre autres les produits commercialisés sous la dénomination ACUDYNE par la société ROHM & HAAS, tels que par exemple, et de manière non limitative, les produits proposés sous la dénomination ACUDYNE

DHR, ACUDYNE 258, ACUDYNE 180.

La composition selon l'invention contient de préférence au moins 0,01 % en poids de copolymère(s) d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) et d'hydroxyester d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s), par rapport au poids total de la composition. De préférence, elle contient de 0,01 à 20 % en poids de copolymère(s) d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) et d'hydroxyester d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s), encore plus préférentiellement de 0, 1 à 10% en poids, mieux encore de 0,5 à 8 % en poids, par rapport au poids total de la composition. La composition selon l'invention comprend en outre au moins un éther d'alkylène glycol ou de polyalkylène glycol, c'est-à-dire un composé de formule R1-(OR)n-OR2, avec R1 désignant un radical alkyle, R désignant un radical alkylène, et R2 désignant l'hydrogène

(cas d'un monoéther) ou un radical alkyle (cas d'un diéther) et n désignant un nombre entier allant de 1 à 10 000.

De préférence, R1 désigne un radical alkyle comprenant de 1 à

8 atomes de carbone, R désigne l'éthylène ou le propylène, R2 désigne l'hydrogène ou un radical alkyle, identique ou différent de R1, comprenant de 1 à 8 atomes de carbone et n désigne un nombre entier allant de 1 à 10 000.

De manière plus préférée, R1 désigne un radical alkyle comprenant de 1 à 4 atomes de carbone et R2 désigne l'hydrogène ou un radical alkyle, identique ou différent de R1, comprenant de 1 à 4 atomes de carbone.

De préférence, n va de 1 à 1000, et de manière plus préférée de

1 à 500, de manière encore plus préférée de 2 à 500, et mieux encore de 2 à 250. De manière encore plus préférée, la composition selon l'invention comprend un mono ou un diéther d'alkyle(s) en Cl à C8 et de propylène glycol ou de polypropylène glycol ayant de 2 à 500, et de préférence de 2 à 250 unités propylène glycol.

Mieux encore, la composition selon l'invention comprend un mono ou un diéther d'alkyle(s) en Cl à C8, de préférence en Cl à C4, et de polypropylène glycol ayant de 2 à 100 unités propylène glycol, et plus préférentiellement de 2 à 50 unités propylène glycol.

La composition selon l'invention contient préférentiellement au moins 0,01 % en poids d'éther(s) d'alkylène glycol ou de polyalkylène glycol, par rapport au poids total de la composition. De préférence, elle contient de 0,01 à 15 % en poids, plus préférentiellement de 0,05 à 10 % en poids, et encore plus préférentiellement de 0, 1 à 8 % en poids d'éther(s) d'alkylène glycol ou de polyalkylène glycol, par rapport au poids total de la composition. Le rapport pondéral entre la quantité de copolymère(s) d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) et d'hydroxyester d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) d'une part et la quantité d'éther(s) d'alkylène glycol ou de polyalkylène glycol, d'autre part, est compris entre 0, 1 et

15, et de préférence entre 1 et 10.

La composition selon l'invention comprend également au moins un polymère épaississant naturel ou synthétique. Un tel polymère épaississant peut être avantageusement choisi parmi les épaississants polymériques anioniques, amphotères, zwittérioniques, non ioniques ou cationiques, associatifs ou non.

Un tel polymère épaississant peut être avantageusement choisi parmi les homopolymères d'acide acrylique, réticulés ou non réticulés, tels que par exemple ceux commercialisés sous la dénomination CARBOPOL par la société NOVEON. La composition selon l'invention contient alors de préférence au moins 0,01 % en poids de polymère épaississant, par rapport au poids total de la composition. De préférence, elle contient de 0, 1 à 10% en poids de polymère épaississant, par rapport au poids total de la composition. Les compositions selon l'invention peuvent également contenir au moins épaississant non polymérique tels que par exemple un électrolyte ou un sucre.

Les compositions selon l'invention peuvent également contenir au moins un corps gras. Les corps gras utilisables dans la présente invention sont notamment choisis parmi les huiles végétales, les huiles animales, les huiles minérales, les huiles naturelles ou synthétiques, les alcools gras, les cires et leurs mélanges.

Comme huile végétale, on peut notamment mentionner l'huile d'amande douce, l'huile d'avocat, l'huile de ricin, l'huile d'olive, la cire liquide de jojoba, l'huile de tournesol, l'huile de germes de blé, l'huile de sésame, l'huile d'arachide, l'huile de pépins de raisin, l'huile de soja, l'huile de colza, l'huile de carthame, l'huile de coprah, l'huile de maïs, l'huile de noisette, l'huile de palme, l'huile de noyau d'abricot, l'huile de calophyllum, l'huile d'onagre, le beurre de karité, l'huile de son de riz, l'huile de germes de maïs, l'huile de passiflore et l'huile de seigle.

Comme huile animale, on peut notamment citer le perhydrosqualène.

Comme huile minérale, on peut notamment citer l'huile de paraffine et l'huile de vaseline.

Comme huile synthétique, on peut notamment citer le squalane, les poly(α-oléfines) comme l'isododécane ou l'isohexadécane, les huiles végétales transestérifiées et les huiles fluorées.

Les alcools gras préférés comprennent les alcools myristylique, cétylique, stéarylique, arachidylique, béhénylique et érucylique.

Une cire, au sens de la présente invention, est un composé lipophile, solide à température ambiante (environ 25 °C), à changement d'état solide/liquide réversible, ayant une température de fusion supérieure à environ 40°C et pouvant aller jusqu'à 200°C, et présentant à l'état solide une organisation cristalline anisotrope. Les cires animales et végétales comprennent comme constituants essentiels des esters d'acides carboxyliques et d'alcools à longues chaînes. D'une manière générale, la taille des cristaux de la cire est telle que les cristaux diffractent et/ou diffusent la lumière, conférant à la composition qui les comprend un aspect trouble plus ou moins opaque. En portant la cire à sa température de fusion, il est possible de la rendre miscible aux huiles et de former un mélange homogène microscopiquement, mais en ramenant la température du mélange à la température ambiante, on obtient une recristallisation de la cire dans les huiles du mélange, détectable microscopiquement et macroscopiquement (opalescence).

A titre de cires utilisables dans la présente invention, on peut citer les cires d'origine animale telles que la cire d'abeille, le spermaceti, la cire de lanoline et les dérivés de lanoline ; les cires végétales telles que les cires de tournesol, de riz, de pomme, la cire de Carnauba, de Candellila, d'Ouricury, du Japon, le beurre de cacao ou les cires de fibres de liège ou de canne à sucre ; les cires minérales, par exemple, de paraffine, de vaseline, de lignite ou les cires microcristallines, la cérésine ou l'ozokérite ; les cires synthétiques telles que les cires de polyéthylènes, les cires de Fischer-Tropsch, et leurs mélanges.

Les corps gras tels que décrits ci-dessus, lorsqu'ils sont présents dans la composition selon l'invention, sont de préférence présents en une quantité allant de 0, 1 à 30 % en poids, de préférence de 1 à 20 % en poids, et mieux encore de 5 à 15% en poids, par rapport au poids total de la composition.

La composition selon l'invention peut également comprendre au moins un tensioactif, choisi parmi les tensioactifs cationiques, les tensioactifs anioniques, les tensioactifs non ioniques autres que les éthers de (poly)alkylène glycol, les tensioactifs amphotères ou zwittérioniques.

La composition selon l'invention comprend alors de préférence au moins 0,01 % en poids de tensioactif(s), par rapport au poids total de la composition. De préférence, la composition selon l'invention contient de 0,01 à 20 % en poids de tensioactif(s), de manière plus préférée de 0,05 à 4 % en poids, par rapport au poids total de la composition.

A titre d'exemple de tensioactifs anioniques utilisables dans les compositions selon la présente invention, on peut citer notamment (liste non limitative) les sels (en particulier sels alcalins, notamment de sodium, sels d'ammonium, sels d'aminés, sels d'aminoalcools ou sels d'alcalinoterreux (de magnésium)) des composés suivants : les alkylsulfates, les alkyléthersulfates, alkylamidoéthersulfates, alkylarylpolyéthersulfates, les monoglycérides sulfates ; les alkylsulfonates, les alkylphosphates, les alkylamidesulfonates, alkylarylsulfonates, les α-oléfine-sulfonates, lesparaffine-sulfonates ; les alkylsulfosuccinates ; les alkyléthersulfosuccinates, les alkylamidesulfosuccinates ; les alkylsulfosuccinamates ; les alkylsulfoacétates ; les alkylétherphosphates, les acylsarcosinates ; les acyliséthionates et les N-acyltaurates, le radical alkyle ou acyle de tous ces différents composés comportant de préférence de 12 à 20 atomes de carbone, et le radical aryle désignant de préférence un groupement phényle ou benzyle.

Parmi les tensioactifs anioniques encore utilisables, on peut également citer les sels d'acides gras tels que les sels acides oléique,

ricinoléique, palmitique, stéarique ; les acides d'huile de coprah ou d'huile de coprah hydrogénée ; les acyl-lactylates dont le radical acyle comporte 8 à 20 atomes de carbone.

On peut également utiliser des tensioactifs faiblement anioniques, comme les acides d'alkyl D galactoside uroniques et leurs sels ainsi que les acides alkyl (C6 - C24) éther carboxyliques polyoxyalkylénés, les acides alkyl (C6-C24)aryl éther carboxyliques polyoxyalkylénés, les acides alkyl (C6-C24) amino éther carboxyliques polyoxyalkylénés et leurs sels, en particulier ceux comportant de 2 à 50 groupements oxyde d'éthylène et leurs mélanges.

Parmi les tensioactifs anioniques, on préfère utiliser selon l'invention les sels d'alkylsulfates et d'alkyléthersulfates et leurs mélanges.

Les tensioactifs cationiques utilisables dans les compositions de la présente invention comprennent par exemple les sels d'aminés grasses primaires, secondaires ou tertiaires, éventuellement polyoxyalkylénées, les sels d'ammonium quaternaire, et leurs mélanges.

A titre de sels d'ammonium quaternaire, on peut notamment citer, par exemple :

- ceux répondant à la formule générale (I) suivante :

+

R8 \ ,R10

X- (I)

R9 R11

dans laquelle les radicaux R8 à R11, qui peuvent être identiques ou différents, représentent un radical aliphatique, linéaire ou ramifié, comportant de 1 à 30 atomes de carbone, ou un radical aromatique tel que aryle ou alkylaryle. Les radicaux aliphatiques peuvent comporter des hétéroatomes tels que notamment l'oxygène, l'azote, le soufre et les halogènes. Les radicaux aliphatiques sont par exemple choisis parmi les radicaux alkyle en C1 -30, alcoxy en C1 -30, polyoxyalkylène (C2-C6),

alkylamide en C1 -30, alkyl(C12-C22)amidoalkyle(C2-C6), alkyl(Ci2- C22)acétate, et hydroxyalkyle en C1 -30 ; X est un anion choisi dans le groupe des halogénures, phosphates, acétates, lactates, alkyl(C2- C6)sulfates, alkyl- ou alkylaryl-sulfonates.

Parmi les sels d'ammonium quaternaire de formule (I), on préfère d'une part, les chlorures de tétraalkylammonium comme, par exemple, les chlorures de dialkyldiméthylammonium ou d'alkyltrimé- thylammonium dans lesquels le radical alkyle comporte environ de 12 à 22 atomes de carbone, en particulier les chlorures de béhényltriméthyl- ammonium, de distéaryldiméthylammonium, de cétyltriméthylammo- nium, de benzyldiméthylstéarylammonium ou encore, d'autre part, le chlorure de palmitylamidopropyltriméthylammonium ou le chlorure de stéaramidopropyldiméthyl-(myristyl acétate)-ammonium commercialisé sous la dénomination CERAPHYL® 70 par la société VAN DYK.

- les sels d'ammonium quaternaire de Fimidazoline, comme par exemple ceux de formule (II) suivante :

dans laquelle R12 représente un radical alcényle ou alkyle comportant de

8 à 30 atomes de carbone, par exemple dérivés des acides gras du suif, R13 représente un atome d'hydrogène, un radical alkyle en C1-C4 ou un radical alcényle ou alkyle comportant de 8 à 30 atomes de carbone, R14 représente un radical alkyle en C1-C4, R15 représente un atome d'hydrogène, un radical alkyle en C1-C4, X" est un anion choisi dans le groupe des halogénures, phosphates, acétates, lactates, alkylsulfates, alkyl- ou alkylaryl-sulfonates. De préférence, R12 et R13 désignent un mélange de radicaux alcényle ou alkyle comportant de 12 à 21 atomes de carbone, par exemple dérivés des acides gras du suif, R14 désigne un radical méthyle, R15 désigne un atome d'hydrogène. Un tel produit est

par exemple commercialisé sous la dénomination REWOQUAT W 75 par la société REWO ;

- les sels de diammonium quaternaire de formule (III) :

R17 R19

R16 -N-(CH2)3-N-R21 2X- (III)

R 18 R 20

dans laquelle R16 désigne un radical aliphatique comportant environ de 16 à 30 atomes de carbone ; R17, R18, R1^ R20 et R21, identiques ou différents sont choisis parmi un atome d'hydrogène et un radical alkyle comportant de 1 à 4 atomes de carbone ; et X est un anion choisi dans le groupe des halogénures, acétates, phosphates, nitrates et méthylsulfates. De tels sels de diammonium quaternaire comprennent notamment le dichlorure de propanesuif diammonium ;

- les sels d'ammonium quaternaire contenant au moins une fonction ester, tels que ceux de formule (IV) suivante :

dans laquelle :

R22 est choisi parmi les radicaux alkyles en C1-C6 et les radicaux hydroxyalkyles ou dihydroxyalkyles en C1 -C6 ;

R23 est choisi parmi :

O

- le radical R26 ~C

- les radicaux R27 hydrocarbonés en C1-C22, linéaires ou ramifiés, saturés ou insaturés,

- l'atome d'hydrogène,

R25 est choisi parmi :

O

- le radical R28 — C —

- les radicaux R29 hydrocarbonés en C1-C6, linéaires ou ramifiés, saturés ou insaturés, - l'atome d'hydrogène,

R24, R26 et R28, identiques ou différents, sont choisis parmi les radicaux hydrocarbonés en C7-C21, linéaires ou ramifiés, saturés ou insaturés ; r, s et t, identiques ou différents, sont des entiers valant de 2 à 6 ; y est un entier valant de 1 à 10 ; x et z, identiques ou différents, sont des entiers valant de 0 à 10 ; X" est un anion simple ou complexe, organique ou inorganique ; sous réserve que la somme x + y + z vaut de 1 à 15, que lorsque x vaut 0 alors R23 désigne R27 et que lorsque z vaut 0 alors R25 désigne R29.

Les radicaux alkyles R22 peuvent être linéaires ou ramifiés et plus particulièrement linéaires.

De préférence R22 désigne un radical méthyle, éthyle, hydroxyéthyle ou dihydroxypropyle, et plus particulièrement un radical méthyle ou éthyle.

Avantageusement, la somme x + y + z vaut de 1 à 10. Lorsque R23 est un radical R27 hydrocarboné, il peut être long et avoir de 12 à 22 atomes de carbone, ou court et avoir de 1 à 3 atomes de carbone.

Lorsque R25 est un radical R29 hydrocarboné, il a de préférence 1 à 3 atomes de carbone. Avantageusement, R24, R26 et R28, identiques ou différents, sont choisis parmi les radicaux hydrocarbonés en C11-C21, linéaires ou ramifiés, saturés ou insaturés, et plus particulièrement parmi les radicaux alkyle et alcényle en C11-C21, linéaires ou ramifiés, saturés ou insaturés. De préférence, x et z, identiques ou différents, valent 0 ou 1.

Avantageusement, y est égal à 1.

De préférence, r, s et t, identiques ou différents, valent 2 ou 3, et encore plus particulièrement sont égaux à 2.

L'anion est de préférence un halogénure (chlorure, bromure ou iodure) ou un alkylsulfate plus particulièrement méthylsulfate. On peut cependant utiliser le méthanesulfonate, le phosphate, le nitrate, le tosylate, un anion dérivé d'acide organique tel que l'acétate ou le lactate ou tout autre anion compatible avec l'ammonium à fonction ester.

L'anion X" est encore plus particulièrement le chlorure ou le méthylsulfate. On utilise plus particulièrement dans la composition selon l'invention, les sels d'ammonium de formule (IV) dans laquelle :

- R22 désigne un radical méthyle ou éthyle,

- x et y sont égaux à 1 ;

- z est égal à 0 ou 1 ; - r, s et t sont égaux à 2 ;

- R23 est choisi parmi :

O

II

- le radical R26 — C —

- les radicaux méthyle, éthyle ou hydrocarbonés en C14-C22,

- l'atome d'hydrogène ; - R25 est choisi parmi :

O

II

- le radical R28 — C —

- l'atome d'hydrogène ;

- R24, R26 et R28, identiques ou différents, sont choisis parmi les radicaux hydrocarbonés en C13-C17, linéaires ou ramifiés, saturés ou insaturés, et de préférence parmi les radicaux alkyles et alcényles en

C13-C17, linéaires ou ramifiés, saturés ou insaturés.

Avantageusement, les radicaux hydrocarbonés sont linéaires.

On peut citer par exemple les composés de formule (IV) tels que les sels (chlorure ou méthylsulfate notamment) de diacyloxyéthyl-dimé- thylammonium, de diacyloxyéthyl-hydroxyéthyl-méthylammonium, de monoacyloxyéthyl-dihydroxyéthyl-méthylammonium, de triacyloxy-

éthyl-méthylammonium, de monoacyloxyéthyl-hydroxyéthyl-diméthyl- ammonium et leurs mélanges. Les radicaux acyles ont de préférence 14 à 18 atomes de carbone et proviennent plus particulièrement d'une huile végétale comme l'huile de palme ou de tournesol. Lorsque le composé contient plusieurs radicaux acyles, ces derniers peuvent être identiques ou différents.

Ces produits sont obtenus, par exemple, par estérification directe de la triéthanolamine, de la triisopropanolamine, d'alkyldiéthanolamine ou d'alkyldiisopropanolamine éventuellement oxyalkylénées sur des acides gras ou sur des mélanges d'acides gras d'origine végétale ou animale, ou par transestérification de leurs esters méthyliques. Cette estérification est suivie d'une quaternisation à l'aide d'un agent d'alkyla- tion tel qu'un halogénure d'alkyle (méthyle ou éthyle de préférence), un sulfate de dialkyle (méthyle ou éthyle de préférence), le méthane- sulfonate de méthyle, le para-toluènesulfonate de méthyle, la chlorhydrine du glycol ou du glycérol.

De tels composés sont par exemple commercialisés sous les dénominations DEHYQUART® par la société HENKEL, STEPANQUAT® par la société STEPAN, NOXAMIUM® par la société CECA, REWOQUAT® WE 18 par la société REWO-WITCO.

La composition selon l'invention peut contenir par exemple un mélange de sels de mono-, di- et triester d'ammonium quaternaire avec une majorité en poids de sels de diester.

Comme mélange de sels d'ammonium, on peut utiliser par exemple le mélange contenant 15 à 30 % en poids de méthylsulfate d'acyloxyéthyl-dihydroxyéthyl-méthylammonium, 45 à 60% de méthylsulfate de diacyloxyéthyl-hydroxyéthyl-méthylammonium et 15 à 30% de méthylsulfate de triacyloxyéthyl-méthylammonium, les radicaux acyles ayant de 14 à 18 atomes de carbone et provenant d'huile de palme éventuellement partiellement hydrogénée.

On peut aussi utiliser les sels d'ammonium contenant au moins une fonction ester décrits dans les brevets US-A-4874554 et US-A- 4137180.

Les tensioactifs non-ioniques utilisables dans les compositions de la présente invention, sont des composés bien connus en soi (voir notamment à cet égard "Handbook of Surfactants" par M. R. PORTER, éditions Blackie & Son (Glasgow and London), 1991 , pp 1 16- 178). Ils sont choisis notamment parmi les alcools gras polyéthoxylés, polypropoxylés ou polyglycérolés, les alpha-diols polyéthoxylés, polypropoxylés ou polyglycérolés, les alkyl(C1_20)phénols polyéthoxylés, polypropoxylés ou polyglycérolés ou les acides gras polyéthoxylés, polypropoxylés ou polyglycérolés, la chaîne grasse comportant, par exemple, de 8 à 18 atomes de carbone, le nombre de groupements oxyde d'éthylène ou oxyde de propylène pouvant aller notamment de 2 à 50 et le nombre de groupements glycérol pouvant aller notamment de 2 à 30.

On peut également citer les condensats d'oxyde d'éthylène et d'oxyde de propylène sur des alcools gras ; les amides gras polyéthoxylés ayant de préférence de 2 à 30 motifs d'oxyde d'éthylène, les amides gras polyglycérolés comportant en moyenne de 1 à 5 groupements glycérol et en particulier de 1 ,5 à 4, les esters d'acides gras et de sorbitane éthoxylés ayant de 2 à 30 motifs d'oxyde d'éthylène, les esters d'acides gras du saccharose, les alkylpolyglycosides, les huiles végétales polyéthoxylées^ les dérivés de N-(alkyl en C6-24)glucamine, les oxydes d'aminés tels que les oxydes d'(alkyl en C10-14)amines ou les oxydes de N-(acyl en C10_14)- aminopropylmorpholine. Les tensioactifs amphotères ou zwitttérioniques utilisables dans les compositions de la présente invention comprennent par exemple les dérivés d'aminés aliphatiques secondaires ou tertiaires, dans lesquels le groupe aliphatique est une chaîne linéaire ou ramifiée comportant de 8 à 22 atomes de carbone et contenant au moins un groupe anionique tel que, par exemple, un groupe carboxylate, sulfonate, sulfate, phosphate ou phosphonate. On peut citer également les alkyl(C8_ 2o)bétaïnes, les sulfobétaïnes, les (alkyl en C8-20)amido(alkyl en C6- 8)bétaïnes ou les (alkyl en C8_20)amido(alkyl en C6_8)sulfobétaïnes.

Parmi les dérivés d'aminés, on peut citer les produits commercialisés sous la dénomination MIRANOL®, tels que décrits dans les brevets US 2 528 378 et US 2 781 354 et classés dans le dictionnaire CTFA, 3ème édition, 1982, sous les dénominations Amphocarboxy-glycinate et Amphocarboxypropionate de structures respectives (1 ) et (2) :

Ra-CONHCH2CH2-N(Rb)(Rc)(CH2COO") (1 ) dans laquelle :

Ra représente un groupe alkyle dérivé d'un acide R8-COOH présent dans l'huile de coprah hydrolysée, un groupe heptyle, nonyle ou undécyle,

Rb représente un groupe bêta-hydroxyéthyle, et R0 représente un groupe carboxyméthyle ; et Ra'-CONHCH2CH2-N(B)(B') (2) dans laquelle : B représente -CH2CH2OX', B' représente -(CH2)Z-Y', avec z = 1 ou 2,

X' représente le groupe -CH2CH2-COOH ou un atome d'hydro- gène,

Y' représente -COOH ou le groupe -CH2-CHOH-SO3H, Ra' représente un groupe alkyle d'un acide Ra'-COOH présent dans l'huile de coprah ou dans l'huile de lin hydrolysée, un groupe alkyle, notamment en C17 et sa forme iso, un groupe en C17 insaturé. Ces composés sont classés dans le dictionnaire CTFA, 5ème édition, 1993, sous les dénominations cocoamphodiacétate de disodium, lauroamphodiacétate de disodium, caprylamphodiacétate de disodium, capryloamphodiacétate de disodium, cocoamphodipropionate de disodium, lauroamphodipropionate de disodium, caprylamphodipropionate de disodium, capryloamphodipropionate de disodium, acide lauroamphodipropionique, acide cocoamphodipropionique.

A titre d'exemple, on peut citer le cocoamphodiacétate commercialisé par la société RHODIA sous la dénomination commerciale MIRANOL® C2M concentré.

Les compositions selon l'invention peuvent également comprendre en outre au moins une silicone ou un dérivé de silicone, sous forme soluble, dispersée ou micro-dispersée. Les silicones ou dérivés de silicones sont de préférence présents en une quantité inférieure à 10 % en poids, de préférence allant de 0,01 à 8%, et encore plus préférentiellement de 0, 1 à 5% en poids par rapport au poids total de la composition.

A titre d'exemple, on peut notamment citer les huiles siliconées, telles que par exemple les polydiméthylsiloxanes linéaires ou cycliques.

Les compositions selon l'invention peuvent également contenir au moins un polymère fixant additionnel, différent du copolymère d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) et d'hydroxyester d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s), pour renforcer l'effet de maintien. Un tel polymère fixant additionnel peut être de nature anionique, cationique, non ionique ou amphotère, et de préférence anionique, non ionique ou amphotère.

Les polymères fixants anioniques utilisables dans les compositions selon l'invention sont des polymères comportant des groupements dérivés d'acide carboxylique, sulfonique ou phosphorique et ont une masse moléculaire moyenne en nombre comprise entre environ 500 et 5 000 000.

Les groupements carboxyliques sont apportés par des monomères mono ou diacides carboxyliques insaturés tels que ceux répondant à la formule :

(V)

dans laquelle n est un nombre entier de O à 10, A1 désigne un groupement méthylène, éventuellement relié à l'atome de carbone du groupement insaturé ou au groupement méthylène voisin lorsque n est supérieur à 1 , par l'intermédiaire d'un hétéroatome tel qu'oxygène ou soufre, R7 désigne un atome d'hydrogène, un groupement phényle ou benzyle, R8 désigne un atome d'hydrogène, un groupement alkyle inférieur ou carboxyle, R9 désigne un atome d'hydrogène, un groupement alkyle inférieur, un groupement -CH2-COOH, phényle ou benzyle. Dans la formule précitée, un groupement alkyle inférieur désigne de préférence un groupement ayant 1 à 4 atomes de carbone et en particulier, les groupements méthyle et éthyle.

Les polymères fixants anioniques à groupements carboxyliques préférés selon l'invention sont : A) Les copolymères d'acide acrylique et d'acrylamide ; .

B) Les copolymères d'acide acrylique ou méthacrylique avec un monomère monoéthylénique choisi parmi l'éthylène, le styrène, les esters vinyliques, les esters d'acide acrylique ou méthacrylique, éventuellement greffés sur un polyalkylène-glycol tel que le polyéthylène-glycol, et éventuellement réticulés. De tels polymères sont décrits en particulier dans le brevet français n° 1 222 944 et la demande allemande n° 2 330 956, les copolymères de ce type comportant dans leur chaîne un motif acrylamide éventuellement N- alkylé et/ou hydroxyalkylé tels que décrits notamment dans les demandes de brevets luxembourgeois nos 75370 et 75371. On peut également citer les copolymères d'acide acrylique et de méthacrylate d'alkyle en C1-C4 et les terpolymères de vinylpyrrolidone, d'acide acrylique et de méthacrylate d'alkyle en C1-C20, par exemple, de lauryle, tels que celui commercialisé par la société ISP sous la dénomination ACRYLIDONE® LM et les terpolymères acide méthacrylique/acrylate d'éthyle/acrylate de tertiobutyle tels que le produit commercialisé sous la dénomination LUVIMER® 100 P par la société BASF.

C) Les copolymères dérivés d'acide crotonique, tels que ceux comportant dans leur chaîne des motifs acétate ou propionate de vinyle, et éventuellement d'autres monomères tels que les esters allylique ou méthallylique, éther vinylique ou ester vinylique d'un acide carboxylique saturé, linéaire ou ramifié, à longue chaîne hydrocarbonée, comme ceux comportant au moins 5 atomes de carbone, ces polymères pouvant éventuellement être greffés et réticulés, ou encore un autre monomère ester vinylique, allylique ou méthallylique d'un acide carboxylique α- ou β-cyclique. De tels polymères sont décrits entre autres dans les brevets français nos 1 222

944, 1 580 545, 2 265 782, 2 265 781 , 1 564 1 10 et 2 439 798. Un produit commercial entrant dans cette classe est la résine 28-29-30 commercialisée par la société National Starch.

D) Les copolymères dérivés d'acides ou d'anhydrides carboxyliques monoinsaturés en C4-C8 choisis parmi :

- les copolymères comprenant (i) un ou plusieurs acides ou anhydrides maléique, fumarique, itaconique et (ii) au moins un monomère choisi parmi les esters vinyliques, les éthers vinyliques, les halogénures vinyliques, les dérivés phénylvinyliques, l'acide acrylique et ses esters, les fonctions anhydrides de ces copolymères étant éventuellement monoestérifiées ou monoamidifiées. De tels polymères sont décrits en particulier dans les brevets US nos 2 047 398, 2 723 248, 2 102 1 13, le brevet GB n° 839 805. Des produits commerciaux sont notamment ceux vendus sous les dénominations GANTREZ® AN ou ES par la société ISP.

- les copolymères comprenant (i) un ou plusieurs motifs anhydrides maléique, citraconique, itaconique et (ii) un ou plusieurs monomères choisis parmi les esters allyliques ou méthallyliques comportant éventuellement un ou plusieurs groupements acrylamide, méthacrylamide, α-oléfine, esters acryliques ou méthacryliques, acides acrylique ou méthacrylique ou vinylpyrrolidone dans leur chaîne, les fonctions anhydrides de ces copolymères étant éventuellement monoestérifiées ou monoamidifiées.

Ces polymères sont par exemple décrits dans les brevets français nos 2 350 384 et 2 357 241 de la demanderesse.

E) Les polyacrylamides comportant des groupements carboxylates. Les polymères comprenant les groupements sulfoniques sont des polymères comportant des motifs vinylsulfonique, styrène- sulfonique, naphtalène-sulfonique ou acrylamido-alkylsulfonique.

Ces polymères peuvent être notamment choisis parmi :

- les sels de l'acide polyvinylsulfonique ayant une masse moléculaire comprise entre environ 1 000 et 100 000, ainsi que les copolymères avec un comonomère insaturé tel que les acides acrylique ou méthacrylique et leurs esters, ainsi que Facrylamide ou ses dérivés, les éthers vinyliques et la vinylpyrrolidone.

- les sels de l'acide polystyrène-sulfonique tels que les sels de sodium vendus par exemple sous la dénomination Flexan® 130 par

National Starch. Ces composés sont décrits dans le brevet FR 2 198 719.

- les sels d'acides polyacrylamide-sulfoniques tels que ceux mentionnés dans le brevet US 4 128 631 , et plus particulièrement l'acide polyacrylamidoéthylpropane-sulfonique.

Selon l'invention, parmi les polymères fixants anioniques cités ci-dessus, on préférera les copolymères d'acide acrylique tels que les terpolymères acide acrylique/acrylate d'éthyle/N-tertiobutylacrylamide vendus notamment sous la dénomination ULTRAHOLD® STRONG par la société BASF, les copolymères dérivés d'acide crotonique tels que les terpolymères acétate de vinyle/tertio-butylbenzoate de vinyle/acide crotonique et les terpolymères acide crotonique/acétate de vinyle/ néododécanoate de vinyle vendus notamment sous la dénomination Résine 28-29-30 par la société NATIONAL STARCH, les polymères dérivés d'acides ou d'anhydrides maléique, fumarique, itaconique avec des esters vinyliques, des éthers vinyliques, des halogénures vinyliques, des dérivés phénylvinyliques, l'acide acrylique et ses esters tels que les copolymères méthylvinyléther/anhydride maléique monoestérifié vendus, par exemple, sous la dénomination GANTREZ®

par la société ISP, les copolymères d'acide méthacrylique et de méthacrylate de méthyle vendus sous la dénomination EUDRAGIT® L par la société ROHM PHARMA, les copolymères d'acide méthacrylique et d'acrylate d'éthyle vendus sous la dénomination LUVIMER® MAEX ou MAE par la société BASF et les copolymères acétate de vinyle/acide crotonique et les copolymères acétate de vinyle/acide crotonique greffés par du polyéthylèneglycol vendus sous la dénomination ARISTOFLEX® A par la société BASF.

Les polymères fixants anioniques cités ci-dessus, les plus particulièrement préférés sont choisis parmi les copolymères méthylvinyléther/anhydride maléique monoestérifiés vendus sous la dénomination GANTREZ® ES 425 par la société ISP, les terpolymères acide acrylique/acrylate d'éthyle/N-tertiobutylacrylamide vendus sous la dénomination ULTRAHOLD® STRONG par la société BASF, les copolymères d'acide méthacrylique et de méthacrylate de méthyle vendus sous la dénomination EUDRAGIT® L par la société ROHM PHARMA, les terpolymères acétate de vinyle/tertio-butylbenzoate de vinyle/acide crotonique et les terpolymères acide crotonique/acétate de vinyle/ néododécanoate de vinyle vendus sous la dénomination Résine 28-29-30 par la société NATIONAL STARCH, les copolymères d'acide méthacrylique et d'acrylate d'éthyle vendus sous la dénomination LUVIMER® MAEX OU MAE par la société BASF, les terpolymères vinylpyrrolidone/acide acrylique/méthacrylate de lauryle vendus sous la dénomination ACRYLIDONE® LM par la société ISP. Les polymères fixants amphotères utilisables conformément à l'invention peuvent être choisis parmi les polymères comportant des motifs B et C répartis statistiquement dans la chaîne polymère où B désigne un motif dérivant d'un monomère comportant au moins un atome d'azote basique et C désigne un motif dérivant d'un monomère acide comportant un ou plusieurs groupements carboxyliques ou sulfoniques, ou bien B et C peuvent désigner des groupements dérivant de monomères zwittérioniques de carboxybétaïnes ou de sulfobétaïnes;

B et C peuvent également désigner une chaîne polymère cationique comportant des groupements aminé primaire, secondaire,

tertiaire ou quaternaire, dans laquelle au moins l'un des groupements aminé porte un groupement carboxylique ou sulfonique relié par l'intermédiaire d'un groupe hydrocarboné, ou bien B et C font partie d'une chaîne d'un polymère à motif éthylène-α,β-dicarboxylique dont l'un des groupements carboxyliques a été amené à réagir avec une polyamine comportant un ou plusieurs groupements aminé primaire ou secondaire.

Les polymères fixants amphotères répondant à la définition donnée ci-dessus plus particulièrement préférés sont choisis parmi les polymères suivants :

(1 ) les polymères résultant de la copolymérisation d'un monomère dérivé d'un composé vinylique portant un groupement carboxylique tel que plus particulièrement l'acide acrylique, l'acide méthacrylique, l'acide maléïque, l'acide alpha-chloracrylique, et d'un monomère basique dérivé d'un composé vinylique substitué contenant au moins un atome basique, tel que plus particulièrement les dialkyl- aminoalkylméthacrylate et acrylate, les dialkylaminoalkyl- méthacrylamide et acrylamide. De tels composés sont décrits dans le brevet américain n° 3 836 537. (2) les polymères comportant des motifs dérivant : a) d'au moins un monomère choisi parmi les acrylamides ou les méthacrylamides substitués sur l'atome d'azote par un groupe alkyle, b) d'au moins un comonomère acide contenant un ou plusieurs groupements carboxyliques réactifs, et c) d'au moins un comonomère basique tel que des esters à substituants aminé primaire, secondaire, tertiaire et quaternaire des acides acrylique et méthacrylique, et le produit de quaternisation du méthacrylate de diméthylaminoéthyle avec le sulfate de diméthyle ou diéthyle.

Les acrylamides ou méthacrylamides N-substitués plus particulièrement préférés selon l'invention sont les composés dont les groupes alkyle comportent de 2 à 12 atomes de carbone, et plus particulièrement le N-éthylacrylamide, le N-tertiobutylacrylamide, le

N-tertiooctylacrylamide, le N-octylacrylamide, le N-décylacrylamide, le N-dodécylacrylamide ainsi que les méthacrylamides correspondants. Les comonomères acides sont choisis plus particulièrement parmi les acides acrylique, méthacrylique, crotonique, itaconique, maléïque, fumarique ainsi que les monoesters d'alkyle ayant 1 à 4 atomes de carbone des acides ou des anhydrides maléïque ou fumarique.

Les comonomères basiques préférés sont des méthacrylates d'aminoéthyle, de butylaminoéthyle, de N,N'-diméthylaminoéthyle, de N-tertio-butylaminoéthyle.

On utilise particulièrement les copolymères dont la dénomination CTFA (4ème Ed., 1991 ) est

Octylacrylamide/acrylates/butylaminoethyl-methacrylate copolymer, tels que les produits vendus sous la dénomination AMPHOMER® ou LOVOCRYL® 47 par la société NATIONAL STARCH.

(3) les polyaminoamides réticulés et acylés partiellement ou totalement dérivant de poyaminoamides de formule générale :

-^CO- R1- co— z-3- (VI)

dans laquelle R10 représente un groupe divalent dérivé d'un acide dicarboxylique saturé, d'un acide aliphatique mono ou dicarboxylique à double liaison éthylénique, d'un ester d'un alcanol inférieur ayant 1 à 6 atome de carbone de ces acides ou d'un groupe dérivant de l'addition de l'un quelconque desdits acides avec une aminé bis-primaire ou bis-secondaire, et Z désigne un groupe dérivant d'une polyalkylène-polyamine bis-primaire, mono- ou bis-secondaire et de préférence représente : a) dans les proportions de 60 à 100 % en moles, le groupe

où x=2 et p=2 ou 3, ou bien x=3 et p=2

ce groupe dérivant de la diéthylène-triamine, de la triéthylène- tétraamine ou de la dipropylène-triamine; b) dans les proportions de 0 à 40 % en moles, le groupe (Vllbis) ci-dessus, dans lequel x=2 et p=l et qui dérive de l'éthylène- diamine, ou le groupe dérivant de la pipérazine :

c) dans les proportions de 0 à 20 % en moles, le groupe -NH- (CHi)6-NH- dérivant de l'hexaméthylènediamine, ces polyaminoamides étant réticulés par réaction d'addition d'un agent réticulant bifonctionnel choisi parmi les épihalohydrines, les diépoxydes, les dianhydrides, les dérivés bis-insaturés, au moyen de 0,025 à 0,35 mole d'agent réticulant par groupement aminé du polyaminoamide, et acylés par action d'acide acrylique, d'acide chloracétique ou d'une alcane-sultone ou de leurs sels.

Les acides carboxyliques saturés sont choisis de préférence parmi les acides ayant 6 à 10 atomes de carbone tels que les acides adipique, triméthyl-2,2,4-adipique et triméthyl-2,4,4-adipique, téréphtalique, les acides à double liaison éthylénique comme, par exemple, les acides acrylique, méthacrylique, itaconique.

Les alcane-sultones utilisées dans l'acylation sont de préférence la propane- ou la butane-sultone, les sels des agents d'acylation sont de préférence les sels de sodium ou de potassium.

(4) les polymères comportant des motifs zwittérioniques de formule :

dans laquelle R11 ddééssiiggnnee un groupement insaturé polymérisable tel qu'un groupement acrylate, méthacrylate, acrylamide ou méthacrylamide, y et z représentent un nombre entier de 1 à 3, R12 et R13 représentent un atome d'hydrogène, un groupe méthyle, éthyle

ou propyle, R14 et R15 représentent un atome d'hydrogène ou un groupe alkyle de telle façon que la somme des atomes de carbone dans R14 et R15 ne dépasse pas 10.

Les polymères comprenant de telles unités peuvent également comporter des motifs dérivés de monomères non zwittérioniques tels que l'acrylate ou le méthacrylate de diméthyl- ou diéthylaminoéthyle ou des acrylates ou méthacrylates d'alkyle, des acrylamides ou méthacrylamides, ou l'acétate de vinyle.

A titre d'exemple, on peut citer les copolymères méthacrylate de méthyle/diméthyl-carboxyméthyammonio-éthylméthacrylate de méthyle.

(5) les polymères dérivés du chitosane comportant des motifs monomères répondant aux formules suivantes :

le motif (D) étant présent dans des proportions comprises entre O et 30%, le motif (E) dans des proportions comprises entre 5 et 50% et le motif (F) dans des proportions comprises entre 30 et 90%, étant entendu que dans ce motif (F), R16 représente un groupe de formule :

R 18 R "λ,19

X17 C-(O)-C

dans laquelle si q=0, R17, R18 et R1^ identiques ou différents, représentent chacun un atome d'hydrogène, un reste méthyle, hydroxyle, acétoxy ou amino, un reste monoalcoylamine ou un reste dialcoylamine éventuellement interrompus par un ou plusieurs atomes d'azote et/ou éventuellement substitués par un ou plusieurs groupes

aminé, hydroxyle, carboxyle, alcoylthio, sulfonique, un reste alcoylthio dont le groupe alcoyle porte un reste amino, l'un au moins des groupes R17, R18 et R^ étant dans ce cas un atome d'hydrogène ; ou si q=l , R17, R18 et R^ représentent chacun un atome d'hydrogène, ainsi que les sels formés par ces composés avec des bases ou des acides.

(6) Les polymères répondant à la formule générale (IX) sont, par exemple, décrits dans le brevet français 1 400 366 :

dans laquelle R20 représente un atome d'hydrogène, un groupe CH3O, CH3CH2O, phényle, R21 désigne un atome d'hydrogène ou un groupe alkyle inférieur tel que méthyle, éthyle, R22 désigne un atome d'hydrogène ou un groupe alkyle inférieur en C1-C6 tel que méthyle, éthyle, R23 désigne un groupe alkyle inférieur en C1-C6 tel que méthyle, éthyle ou un groupe répondant à la formule : -R24-N(R22)2, R24 représentant un groupement -CH2-CH2- , -CH2-CH2-CH2-, -CH2- CH(CH3)-, R22 ayant les significations mentionnées ci-dessus.

(7) Les polymères dérivés de la N-carboxyalkylation du chitosane comme le N-carboxyméthyl-chitosane ou le N-carboxybutyl- chitosane.

(8) Les polymères amphotères du type -D-X-D-X choisis parmi:

a) les polymères obtenus par action de l'acide chloracétique ou le chloracétate de sodium sur les composés comportant au moins un motif de formule :

-D-X-D-X-D- (X) où D désigne un groupe

et X désigne le symbole E ou E', E ou E' identiques ou différents désignent un groupe bivalent qui est un groupe alkylène à chaîne droite ou ramifiée, comportant jusqu'à 7 atomes de carbone dans la chaîne principale non substituée ou substituée par des groupements hydroxyle et pouvant comporter en outre des atomes d'oxygène, d'azote, de soufre, 1 à 3 cycles aromatiques et/ou hétérocycliques ; les atomes d'oxygène, d'azote et de soufre étant présents sous forme de groupements éther, thioéther, sulfoxyde, sulfone, sulfonium, alkylamine, alcénylamine, des groupements hydroxyle, benzylamine, oxyde d'aminé, ammonium quaternaire, amide, imide, alcool, ester et/ou uréthanne. b) Les polymères de formule :

-D-X-D-X- (X') où D désigne un groupe

et X désigne le symbole E ou E' et au moins une fois E' ; E ayant la signification indiquée ci-dessus et E' est un groupe bivalent qui est un groupe alkylène à chaîne droite ou ramifiée, ayant jusqu'à 7 atomes de carbone dans la chaîne principale, substitué ou non par un ou plusieurs groupes hydroxyle et comportant un ou plusieurs atomes d'azote, l'atome d'azote étant substitué par une chaîne alkyle interrompue éventuellement par un atome d'oxygène et comportant obligatoirement une ou plusieurs fonctions carboxyle ou une ou

plusieurs fonctions hydroxyle et bétaïnisées par réaction avec l'acide chloracétique ou du chloracétate de soude.

(9) les copolymères alkyl(C1-C5)vinyléther/anhydride maléique modifiés partiellement par semiamidification avec une N5N- dialkylaminoalkylamine telle que la N,N-diméthylaminopropylamine ou par semiestérification avec un N,N-dialkylaminoalcanol. Ces copolymères peuvent également comporter d'autres comonomères vinyliques tels que le vinylcaprolactame.

Parmi les polymères fixants amphotères cités ci-dessus les plus particulièrement préférés selon l'invention, on citera ceux de la famille

(3) tels que les copolymères dont la dénomination CTFA est

Octylacrylamide/acrylates/butylamino-ethylmethacrylate copolymer, tels que les produits vendus sous les dénominations AMPHOMER®,

AMPHOMER® LV 71 ou LOVOCRYL® 47 par la société NATIONAL STARCH et ceux de la famille (4) tels que les copolymères méthacrylate de méthyle/diméthyl-carboxyméthylammonio- éthylméthacrylate de méthyle.

Les polymères fixants non ioniques utilisables selon la présente invention sont choisis, par exemple, parmi : - les polyalkyloxazolines ;

- les homopolymères d'acétate de vinyle ;

- les copolymères d'acétate de vinyle et d'ester acrylique ;

- les copolymères d'acétate de vinyle et d'éthylène ;

- les copolymères d'acétate de vinyle et d'ester maléïque, par exemple, de maléate de dibutyle ;

- les copolymères d'esters acryliques tels que, par exemple, les copolymères d'acrylates d'alkyle et de méthacrylates d'alkyle tels que les produits proposés par la société ROHM & HAAS sous les dénominations PRIMAL® AC-261 K et EUDRAGIT® NE 30 D, par la société BASF sous la dénomination 8845, par la société HOECHST sous la dénomination APPRETAN® N9212 ;

- les copolymères d'acrylonitrile et d'un monomère non ionique choisis, par exemple, parmi le butadiène et les (méth)acrylates

d'alkyle ; on peut citer les produits proposés sous la dénomination CJ 0601 B par la société ROHM & HAAS ;

- les homopolymères de styrène ;

- les copolymères de styrène et de (méth)acrylate d'alkyle tels que les produits MOWILITH® LDM 691 1 , MOWILITH® DM 61 1 et

MOWILITH® LDM 6070 proposés par la société HOECHST, les produits RHODOPAS® SD 215 et RHODOPAS® DS 910 proposés par la société RHODIA CHIMIE;

- les copolymères de styrène, de méthacrylate d'alkyle et d'acrylate d'alkyle ;

- les copolymères de styrène et de butadiène ;

- les copolymères de styrène, de butadiène et de vinylpyridine ;

- les copolymères d'acrylate d'alkyle et d'uréthanne ;

- les polyamides, - les homopolymères et copolymères de vinyllactame.

Les groupes alkyle des polymères non ioniques mentionnés ci- dessus ont, de préférence, de 1 à 6 atomes de carbone.

Selon la présente invention, les polymères fixants non-ioniques à motifs vinyllactames peuvent être ceux décrits dans les brevets US 3 770 683, US 3 929 735, US 4 521 504, US 5 158 762, US 5 506 315 et dans les demandes de brevet WO 94/121 148, WO 96/06592 et WO 96/10593. Ils peuvent se présenter sous forme pulvérulente ou sous forme de solution ou de suspension.

Les homopolymères ou copolymères à motifs vinyllactame comprennent des motifs de formule (XI):

— CH2-CH —

N C— V(CH2)n

° (XI) dans laquelle n est indépendamment 3, 4 ou 5.

La masse moléculaire en nombre des polymères à motifs vinyllactames est généralement supérieure à environ 5 000, de préférence comprise entre 10 000 et 1 000 000 environ, plus préférentiellement comprise entre 10 000 et 100 000 environ.

Parmi ces polymères fixants, on peut citer les polyvinylpyrrolidones telles que celles commercialisées sous la dénomination Luviskol® K30 par la société BASF ; les polyvinylcaprolactames tels que ceux commercialisés sous la dénomination Luviskol® PLUS par la société BASF ; les copolymères poly(vinylpyrrolidone/acétate de vinyle) tels que ceux commercialisés sous la dénomination PVPVA® S630L par la société ISP, Luviskol® VA 73, VA 64, VA 55, VA 37 et VA 28 par la société BASF ; et les terpolymères poly(vinylpyrrolidone/acétate de vinyle/propionate de vinyle) tels que, par exemple, ceux commercialisés sous la dénomination Luviskol® VAP 343 par la société BASF.

Les polymères fixants additionnels peuvent être également choisis parmi les polyuréthanes éventuellement siliconés. A titre de polymères fixants de type polyuréthanes, on peut citer les polymères Luviset Pur et Luviset Si Pur proposés par la société BASF.

Ces polymères fixants additionnels peuvent être aussi choisis parmi les siliconés greffées à squelette hydrocarboné et greffons siliconés ou à squelette siliconé et greffons hydrocarbonés tels que les produits VS 70 et VS 80 proposés par la société 3M. Ils peuvent être aussi choisis parmi les polyesters à groupements sulfoniques tels que les résines AQ (AQ55, AQ38, et AQ48) proposées par la société EASTMAN CHEMICAL.

La composition selon l'invention peut alors contenir au moins 0,01 % en poids de polymère fixant additionnel, par rapport au poids total de la composition. De manière plus préférée, la composition selon l'invention contient de 0,01 à 20% en poids de polymère fixant additionnel, mieux encore de 0,05 à 15% en poids, encore plus préférentiellement de 0, 1 à 10% en poids, par rapport au poids total de la composition. Les compositions conformes à l'invention peuvent être conditionnées dans un pot, dans un tube, un flacon pompe ou dans un dispositif aérosol usuel en cosmétique.

Les compositions selon l'invention peuvent, lorsqu'elles ont destinées à être conditionnées dans un dispositif de type aérosol, contenir au moins un agent propulseur, tel qu'un gaz propulseur.

Le gaz propulseur peut alors être choisi par exemple parmi le diméthyléther, les alcanes en C3 à C5, les hydrocarbures halogènes, et leurs mélanges.

Les compositions selon l'invention peuvent en outre contenir au moins un additif choisi parmi les agents nacrants ; les agents opacifiants ; les agents plastifiants ; les filtres solaires ; les parfums ; les colorants ; les conservateurs ; les agents de stabilisation du pH ; les acides ; les bases ; les polyols (par exemple les glycols) ; les charges minérales ; les paillettes, et tout autre additif classiquement utilisé dans le domaine cosmétique.

L'homme de métier veillera à choisir les éventuels additifs et leurs quantités de manière à ce qu'ils ne nuisent pas aux propriétés des compositions de la présente invention.

Ces additifs sont présents dans la composition selon l'invention en une quantité allant de 0 à 50 % en poids par rapport au poids total de la composition. Les compositions selon l'invention peuvent se présenter sous forme de liquides plus ou moins épaissis, de gels, de crèmes, de pâtes ou de mousses

De préférence, elles se présentent sous forme de gels.

La composition selon l'invention peut être avantageusement utilisée comme produit capillaire. Elle peut notamment être utilisée comme produit de coiffage, par exemple comme gel de coiffage.

Selon un mode de réalisation préféré, elle est utilisée comme produit de coiffage non rincé, c'est à dire pour la mise en forme et/ou le maintien de la coiffure non suivis d'un rinçage. La présente invention concerne également un procédé de traitement cosmétique des cheveux, par exemple un procédé de soin capillaire, ou un procédé de mise en forme et/ou de maintien de la coiffure, qui consiste à appliquer sur les cheveux une quantité efficace

d'une composition telle que décrite ci-dessus, puis à effectuer un éventuel rinçage après un éventuel temps de pose.

De préférence, la composition selon l'invention n'est pas rincée. L'exemple suivant est donné à titre illustratif de la présente invention.

EXEMPLE

Dans l'exemple suivant, toutes les quantités sont indiquées en pour cent en poids de matière active (MA) par rapport au poids total de la composition, sauf indication contraire.

Cet exemple illustre la formulation d'un gel coiffant conforme à l'invention. Un tel gel a été préparé à partir des ingrédients indiqués dans le tableau ci-dessous :

(1 ) commercialisé sous la dénomination ACUDYNE DHR par la société ROHM & HAAS.

(2) commercialisé sous la dénomination CARBOPOL ULTREZ- 10 par la société NOVEON.

Résultats obtenus :

Les performances de la composition de gel coiffant décrite ci- avant ont été évaluées par des professionnels, sur des panels de modèles.

Cette composition permet d'obtenir une très bonne fixation des cheveux, à la fois souple et durable. En particulier, le film de polymère fixant est très peu friable.

En outre, cette composition s'est avérée apporter aux cheveux d'excellentes propriétés cosmétiques. En particulier, après démêlage, les cheveux ne sont pas secs, et sont particulièrement doux.


REVENDICATIONS

1. Composition cosmétique comprenant, dans un milieu cosmétiquement acceptable, au moins un éther d'alkylène glycol ou de polyalkylène glycol, au moins un copolymère d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) et d'hydroxyester d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s), et au moins un polymère épaississant naturel ou synthétique, le rapport pondéral entre la quantité de copolymère(s) d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) et d'hydroxyester d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) d'une part et la quantité d'éther(s) d'alkylène glycol ou de polyalkylène glycol, d'autre part, étant compris entre 0, 1 et 15.

2. Composition selon la revendication 1 , caractérisée en ce que le copolymère d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) et d'hydroxyester d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) est obtenu par copolymérisation d'au moins deux monomères :

- au moins un premier monomère choisi parmi l'acide acrylique, l'acide méthacrylique, les acrylates et méthacrylates d'alkyle en C l à C4, et

- au moins un second monomère choisi parmi les acrylates et méthacrylates d'hydroxyalkyle en C l à C4.

3. Composition selon la revendication précédente, caractérisée en ce que ledit copolymère est obtenu par copolymérisation d'au moins trois monomères :

- au moins un premier monomère choisi parmi l'acide acrylique et l'acide méthacrylique,

- au moins un deuxième monomère choisi parmi les acrylates et méthacrylates d'alkyle en Cl à C4, et

- au moins un troisième monomère choisi parmi les acrylates et méthacrylates d'hydroxyalkyle en C l à C4. 4. Composition selon la revendication précédente, caractérisée en ce que ledit deuxième monomère comprend au moins un acrylate ou méthacrylate d'alkyle en Cl ou C2.

5. Composition selon l'une quelconque des revendications 3 et 4, caractérisée en ce que ledit troisième monomère est choisi parmi l'acrylate d'hydroxyéthyle, le méthacrylate d'hydroxyéthyle, et les mélanges de ces composés. 6. Composition selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisée en ce qu'elle comprend un mélange d'au moins deux copolymères d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) et d'hydroxyester d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s).

7. Composition selon la revendication précédente, caractérisée en ce qu'elle comprend un mélange de deux copolymères d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) et d'hydroxyester d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s), chacun des copolymères étant obtenu par copolymérisation d'au moins trois monomères :

- au moins un premier monomère choisi parmi l'acide acrylique et l'acide méthacrylique,

- au moins un deuxième monomère choisi parmi les acrylates et méthacrylates d'alkyle en Cl à C4, et

- au moins un troisième monomère choisi parmi les acrylates et méthacrylates d'hydroxyalkyle en C l à C4. 8. Composition selon la revendication 6, caractérisée en ce qu'elle comprend un mélange de deux copolymères d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) et d'hydroxyester d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s), comprenant un premier copolymère obtenu par copolymérisation d'au moins trois monomères: - au moins un premier monomère choisi parmi l'acide acrylique et l'acide méthacrylique, au moins un deuxième monomère choisi parmi les acrylates et méthacrylates d'alkyle en Cl à C4, et au moins un troisième monomère choisi parmi les acrylates et méthacrylates d'hydroxyalkyle en Cl à C4 ; et un second copolymère obtenu par copolymérisation d'au moins deux monomères : au moins un premier monomère choisi parmi les acrylates et méthacrylates d'alkyle en Cl à C4, et

au moins un second monomère choisi parmi les acrylates et méthacrylates d'hydroxyalkyle en Cl à C4 ; ledit second copolymère ne contenant pas de monomères constitués d'acides carboxyliques insaturés. 9. Composition selon l'une quelconque des revendications 6 à

8, caractérisée en ce que les deux copolymères du mélange possèdent des températures de transition vitreuses différentes.

10. Composition selon la revendication précédente, caractérisée en ce que l'écart de température de transition vitreuse entre les deux copolymères est supérieur ou égal à 10°C, plus préférentiellement supérieur ou égal à 20°C, et encore plus préférentiellement supérieur ou égal à 30°C.

1 1. Composition selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisée en ce qu'elle contient au moins 0,01 % en poids de copolymère(s) d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) et d'hydroxyester d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s), par rapport au poids total de la composition.

12. Composition selon la revendication précédente, caractérisée en ce qu'elle contient de 0,01 à 20 % en poids de copolymère(s) d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) et d'hydroxyester d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s), plus préférentiellement de 0, 1 à 10% en poids, mieux encore de 0,5 à 8 % en poids, par rapport au poids total de la composition.

13. Composition selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisée en ce qu'elle comprend au moins un éther d'alkylène glycol ou de polyalkylène glycol de formule R1-(OR)n-OR2, avec R1 désignant un radical alkyle comprenant de 1 à 8 atomes de carbone, R désignant l'éthylène ou le propylène, R2 désignant l'hydrogène ou un radical alkyle, identique ou différent de R1, comprenant de 1 à 8 atomes de carbone, et n désignant un nombre entier allant de 1 à 10 000.

14. Composition selon la revendication précédente, caractérisée en ce que R1 désigne un radical alkyle comprenant de 1 à 4 atomes de

carbone et R2 désigne l'hydrogène ou un radical alkyle, identique ou différent de R1, comprenant de 1 à 4 atomes de carbone.

15. Composition selon l'une quelconque des revendications 13 et 14, caractérisée en ce que n va de 1 à 1000. 16. Composition selon la revendication précédente, caractérisée en ce que n va de 1 à 500, et de préférence de 2 à 500.

17. Composition selon l'une quelconque des revendications 13 à 16, caractérisée en ce qu'elle comprend un mono ou un diéther d'alkyle(s) en C l à C8 et de propylène glycol ou de polypropylène glycol ayant de 2 à 500, et de préférence de 2 à 250 unités propylène glycol.

18. Composition selon la revendication précédente, caractérisée en ce qu'elle contient un mono ou un diéther d'alkyle(s) en Cl à C8 et de polypropylène glycol ayant de 2 à 100 unités propylène glycol, et plus préférentiellement de 2 à 50 unités propylène glycol.

19. Composition selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisée en ce qu'elle contient au moins 0,01 % en poids d'éther(s) d'alkylène glycol ou de polyalkylène glycol, par rapport au poids total de la composition. 20. Composition selon la revendication précédente, caractérisé en ce que qu'elle contient de 0,01 à 15 % en poids d'éther(s) d'alkylène glycol ou de polyalkylène glycol, de préférence de 0,05 à 10 % en poids, mieux encore 0, 1 à 8% en poids par rapport au poids total de la composition. 21. Composition selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisée en ce que le rapport pondéral entre la quantité de copolymère(s) d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) et d'hydroxyester d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) d'une part et la quantité d'éther(s) d'alkylène glycol ou de polyalkylène glycol, d'autre part, est compris entre 1 et 10.

22. Composition selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisée en ce que le polymère épaississant est choisi parmi les épaississants polymériques anioniques, amphotères, zwittérioniques, non ioniques ou cationiques, associatifs ou non.

23. composition selon la revendication précédente, caractérisée en ce que le polymère épaississant est choisi parmi les homopolymères d'acide acrylique, réticulés ou non réticulés.

24. Composition selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisée en ce que le milieu cosmétiquement acceptable comprend de l'eau et/ou au moins un solvant cosmétiquement acceptable choisi parmi les alcools inférieurs en C1- C4; les polyols; les éthers de polyols autres que les éthers de (poly)alkylène glycol ;les alcanes en C5-C10 ; les cétones en C3 -4; les acétates d'alkyle en C1-C4; le diméthoxyéthane, le diéthoxyéthane ; et leurs mélanges.

25. Composition selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisée en ce qu'elle contient également au moins un corps gras, choisi parmi les huiles végétales, les huiles animales, les huiles minérales, les huiles naturelles ou synthétiques, les alcools gras, les cires et leurs mélanges.

26. Composition selon la revendication précédente, caractérisée en ce que les corps gras sont présents en une quantité allant de 0, 1 à 30 % en poids, de préférence de 1 à 20 % en poids, par rapport au poids total de la composition.

27. Composition selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisée en ce qu'elle contient également au moins un tensioactif, choisi parmi les tensioactifs cationiques, les tensioactifs anioniques, les tensioactifs non ioniques autres que les éthers de (poly)alkylène glycol, les tensioactifs amphotères ou zwittérioniques.

28. Composition selon la revendication précédente, caractérisée en ce qu'elle contient au moins 0,01 % en poids de tensioactif(s), par rapport au poids total de la composition.

29. Composition selon la revendication précédente, caractérisée en ce qu'elle contient de 0,01 à 20 % en poids de tensioactif(s), de préférence de 0,05 à 4 % en poids, par rapport au poids total de la composition.

30. Composition selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisée en ce qu'elle comprend en outre au moins

une silicone ou un dérivé de silicone, sous forme soluble, dispersée ou micro-dispersée.

31. Composition selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisée en ce qu'elle comprend au moins un polymère fixant additionnel différent du copolymère d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s) et d'hydroxyester d'acrylate(s) ou de méthacrylate(s), de nature anionique, cationique non ionique ou amphotère.

32. Composition selon la revendication précédente, caractérisée en ce qu'elle contient au moins 0,01 % en poids de polymère fixant additionnel, par rapport au poids total de la composition.

33. Composition selon la revendication précédente, caractérisée en ce qu'elle contient de 0,01 à 20% en poids de polymère fixant additionnel, de préférence de 0,05 à 15% en poids, mieux encore 0, 1 à 10% en poids par rapport au poids total de la composition.

34. Composition selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisée en ce qu'elle contient au moins 0,01 % en poids de polymère épaississant, par rapport au poids total de la composition. 35. Composition selon la revendication précédente, caractérisée en ce qu'elle contient de 0, 1 à 10% en poids de polymère épaississant, par rapport au poids total de la composition.

36. Composition selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisée en ce qu'elle contient en outre au moins un additif choisi parmi les agents nacrants ; les agents opacifiants ; les agents plastifiants ; les filtres solaires ; les parfums ; les colorants ; les conservateurs ; les agents de stabilisation du pH ; les acides ; les bases ; les polyols; les charges minérales ; les paillettes, et tout autre additif classiquement utilisé dans le domaine cosmétique. 37. Composition selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisée en ce qu'elle se présente sous forme de liquide plus ou moins épaissi, de gel, de crème, de pâte ou de mousse.

38. Composition selon la revendication précédente, caractérisée en ce qu'elle se présente sous forme de gel.

39. Procédé de traitement cosmétique des cheveux, caractérisé en ce qu'il consiste à appliquer sur les cheveux une quantité efficace d'une composition selon l'une quelconque des revendications précédentes, puis à effectuer un éventuel rinçage après un éventuel temps de pose.

40. Procédé selon la revendication précédente, caractérisé en ce que la composition n'est pas rincée.

41. Utilisation d'une composition selon l'une quelconque des revendications 1 à 38, comme produit capillaire. 42. Utilisation d'une composition selon l'une quelconque des revendications 1 à 38, pour la mise en forme et/ou le maintien de la coiffure.